Québec Redneck Bluegrass Project
Sans extra
C’pas comme du fake, d’la frime
C’pas comme des pipes à créatine
J’en beurre rarement trop épais
Ne mousse jamais les faits
J’extrapole pas je relate
Pas d’extra pas d’glutamate
Me livre à vous à livre ouvert
Et pis au Yabe Vauvert
Les vers ou les perce-oreilles
Toujours du même au pareil
Les vers redondants d’amour
Qui riment toujours avec toujours
Et je m’rouvre sans détour
Comme dins rubriques du 7 jours
Sans inhibition comme un gars saoul
Sans fond d’teint sans fard à joues
Et je me roule en boule
En position foetale
En attendant qu’mon monde s’écroule
Mais on avale tout c’que j’mets su’a table
Sans honte de mes faits et gestes
Sans cachette ni politesse
Comme à cachette barbecue
Que j’voulais qu’elle sache j’tais caché où
Pour rouler une pelle
À ma voisine d’en face
En bon puceau prépubère
Avec ma voisine chaste
Vérité conséquence
Avec une Crush à l’orange
La vérité m’fait pas peur
Fais-la tourner ta liqueur
Amène-lé ton polygraphe
M’as t’écrire cent autres paragraphes
On va s’mettre les pendules à l’heure
La marde la bullsh*t ça m’écoeure
M’as t’donner l’heure juste
M’ouvrir comme une poupée russe
J’t’encore et resterai un flo
Qui n’a jamais eu peur des mots
Ah ouais check ben ça saint-ciboire
Osti d’câlisse de tabarnack
Protubérance mammaire
Graine noune snatch

On s’pète des bières su’a tête
Sors la roche de crack
Vas-y l’dire à ma mère
J’m’en contre-tabarnack
Comme dans l’an quarante

Comme dans l’an quarante
L’âge que j’avais v’la un an
Il m’en reste p’t-êt’e un autre trente
Debout de corps et d’sang
Ça c’est ben sûr si j’ai du bol
Parc’ qu’ j’t’une ostie d’tête folle
Toujours dans d’quoi qui a pas d’bon sens
Comme un fou su’ l’Châteaubriant
On voudra toujours détrôner
Le king de Babounas cité
Babounas premier
Pis qu’ils viennent s’essayer
Mais f**k fait que là
Mais de que c’est de que c’est qui parle
Y est-tu après perdre les pédales

Une autre commotion cérébrale
J’en ai ben déjà fait’ six
J’ai l’cou qui craque du câlisse
Chu pas tuable faut craire
Comme une machine de guerre
La balle est bel et bien dans mon camp
Mais mon camp sacre son camp
À Ottawhat the hell
Dans l’gouvernement
Mais c’tu fais là Capitaine
Dans cette étrange vie puritaine
Tu l’as d’écrit su’ ton hoodie
Ni Dieu ni maître ni patrie
Ni Dieu ni maître ni patrie
Ni Dieu ni maître osti
Ni Dieu ni maître ni patrie
Ni Dieu ni maître ni patrie
Ni Dieu ni maître osti
Ni Dieu ni maître câlice
Mais
J’ai-tu l’air d’une
Double face d’une farce
Si j’mens j’m’en va en Enfer
J’y ai sûrement déjà ma place

Aussi ben dire les vraies affaires
À part peut-être
Quelques fausses déclarations frontalières
J’ai l’« il était une fois » vrai d’coutume
Pas d’décor pas d’acteurs pas d’costumes
C’est pas stagé comme la lutte
Fictif comme d’un film de Kubric
C’comme à Shawi La B***e à putes
Cru dans ta face et véridique
C’est du sérieux
C’pas comme d’la poudre aux yeux
J’ai-tu l’air d’un personnage
Ben sûr que non moi j’fais pas dans la fiction
C’quasiment rien qu’du rapportage
Pas besoin d’sortir les violons
Drette comme chu là dans mes ouvrages
Pas d’bas pas d’canissons
Je l’ai facile le radotage
Une histoire vaut ben mille chansons
Ben chantons lalalalalala chantons la don’
Ben chantons lalalalalala chantons la don’
Faire semblant
J’ai toute la misère du monde
J’peux pas faker comme ta blonde
Si tu m’trouves malalalavenant
Tu viendras cracher sur ma tombe
Faire semblant
J’ai toute la misère du monde
J’peux pas faker comme ta blonde
Si tu m’trouves malalalavenant
Tu viendras cracher sur ma tombe

À la virgule près
Tout c’que j’dis est vrai
Ou presque...
T’en prends plus que t’en laisses