A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z #

Vîrus

"La Journée"

Merl’ v’là l’ Printemps ! Ah ! salop’rie
V’là l’ monde enquier qu’est aux z’abois
Et v’là t’y pas c’te putain d’ Vie
Qu’a s’arr’nouvelle encore eun’ fois !
Et v’là t’y pas c’te putain d’ Vie…

V’là les poèt’s qui pinc’nt leur lyre
(Malgré qu’y n’aient rien dans l’ fusil)
V’là les Parigots en délire
Pass’ qu’y pouss’ trois branch’s de persil !
V’là des z’éclairs, des z’orages
D’ la puïe qui vous tombe à siaux
Rapport à d’ gros salauds d’ nuages
Qu’ont pas pitié d’ mes godillots
Car c’t’ épatant, d’pis quéqu’s z’années
Les saisons a sont comm’ pourries ; Salop’rie !
Et c’est affreux et si tell’ment
Malpropre, obscur et délétère
Qu’on s’ figur’rait qu’ les z’éléments
Sont sous l’ régim’ parlementaire
Mais les salad’s a sort’nt de terre
Les genss’ y sort’nt su’ l’ boul’vard
Les flics sort’nt de leur caractère :
J’vourais ben, moi, sortir d’ quéqu’ part !

Merl’ v’là l’ Printemps ! Ah ! salop’rie

V’là qu’ tout r’commence
L’Amour, y « gonfle tous les cœurs »
D’après l’ chi-chi des chroniqueurs
Quand c’est qu’y m’ gonflera… la panse ?
Qu’y m’ foutra eun’ pelure
Eun’ liquette, un tub’, des sorlots
Si qu’a fait peau neuv’ la Nature
Moi, j’ suis cor’ mis comme un salaud !
Mes chaussett’s ? C’est pus qu’ des mitaines !
Mes s’mell’s ? Des gueul’s d’alligators : Ma requimpette a fait d’ la peine
Mon phalzar, y m’ fait du tort !
Quant à mon bloum, ah ! parlons-en
Rien qu’ d’y penser ça m’ fout la flemme
À côté d’ lui Mathusalem
N’est qu’un cynique adolescent
Avec ça l’ Glorieux m’ roussit l’ crâne
Et éclaire comm’ par calcul
Mes nipp’s couleur de p*ssat d’âne
Les trous d’ mes coud’s et ceux d’ mon cul !

Merl’ v’là l’ Printemps ! Ah ! salop’rie
Merl’ v’là l’ Printemps ! Ah ! salop’rie

Ah ! ben il est frais l’ mois d’Avril
Le v’là l’ temps des métamorphoses !
Moi, j’ chang’ pas d’ peau comm’ les reptiles
J’ suis tous les Printemps la mêm’ chose
En attendant, les gas d’ la Haute
(Qui nous sont dévoués l’Hiver)
Se caval’nt et vont s’ mett’ au vert ; Si gn’a d’la dèch’, c’est-y d’ leur faute ?
- Maint’nant, qu’y dis’nt, la Vie est belle
Les pauvr’s y n’ont pus grand besoin
(L’ fait est que d’pis qu’y sont loin
Gn’a pus qu’ du vent dans leurs poubelles !)
(Tout c’ mond’-là , mêm’ quand c’est sincère
Y s’ figur’ pas qu’ la charité
Entretient la mendicité
Et fait qu’ perpétuer la misère.)
Moi, j’ m’en fous de leur galette
Qu’y se l’enfonc’nt dans l’ troufignon
Ceuss’ qui viv’nt de leur pognon
J’ les méprise ! -Y sont moins qu’des bêtes !
Moi, j’ m’en fous d’ leur pognon
Qu’y se l’enfonc’nt dans l’ troufignon
Ceuss’ qui viv’nt de leur galette
J’ les méprise ! -Y sont moins qu’des bêtes !

Si pourtant l’un d’ nous
(Histoire ed’ venger la faiblesse)
Leur éclaboussait leur noblesse
D’eun’ vieill’ pomme ou d’un trognon d’ chou…
(Ah ! ma chère ! Y aurait pas d’ police
Assez fort’ pour cet attentat
Et ça f’rait eune affair’ d’État
Malheur ! Ousqu’alle est la Justice ?)…

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z #


All lyrics are property and copyright of their owners. All lyrics provided for educational purposes and personal use only.
Copyright © 2017-2019 Lyrics.lol